Syndrome de Stockholm

Publié le par Hugo

Je me suis toujours demandé pouquoi le syndrome de Stockholm s'appelait justement "Syndrome de Stockholm". Qu'es-ce que la capitale de la Suède a à foutre la dedans...

 

Avant tout, le syndrome de Stockholm définit un curieux phénomène mental qui incite les victimes d'enlèvements à manifester une certaine sympathie et de la confiance vis-à-vis de leurs ravisseurs. Ça serait dû a l'intimité créée lorsqu'on les otages partagent un lieu pendant une durée prolongée avec les méchants. Cette intimité permet un rapprochement dans un sens ou dans l'autre. Lorsque ça arrive aux voleurs, on appele ça le syndrome de Lima. Ce sentiment de compliance est facilité si la victime est en désaccord envers la violence des forces de l'ordre, si les ravisseurs justifient moralement leur acte de prise d'otage, si aucune violence n'est exercée et si les victimes n'ont pas eu connaissance de ce syndrome.

 

Le syndrome de Stockholm est pour la première fois décrit en 1978 par le psychiatre américain Frank Ochberg suite à un fait divers qui s'est passé 5 ans plus tôt. En fait le 23 août 1973, un évadé de prison Jan Erik Olsson braque une banque à Stockholm. Lorsque la police tente d'intervenir, il se retranche dans l'agence avec quatre otages. Il demande et obtient la libération de son compagnon de celulle qui le rejoint. Après 6 jours de négociations, les otages sont libérés. C'est là que le phénomène de compation intervient car ces derniers s'interposeront entre leurs ravisseurs et les forces de l'ordre. Il refuseront même de témoigner à charge et iront visiter les braqueurs en prison !

 

Un autre exemple du syndrome est celui de Patricia Hearst.

 

En fait les victimes ne pensent qu'à leur survie et se font potes avec les ravisseurs croyant être sain et sauf de tout danger. Ils croient être au contrôle de la situation... Mais en fait que dalle ! S'ils se protègent d'une chose, ce n'est que de l'angoisse car ils peuvent à tout moment se faire zigouiller !

 

Bref, on retrouve aussi ce sentiment de compassion de la part de citoyens envers leur dictateur, de la part d'enfants maltraités envers leurs parents et de la part de femmes battus envers leur mari. Tout n'est qu'amour et admiration...

Carefull.

 

Pour ce qui est de Stockholm-tout-court, je vais visiter la capitale suédoise ce week end !

Publié dans Mes visites

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article